Dernière mise à jour : octobre 2014

Le présent document énonce les règles applicables aux clients qui mentionnent des données de comScore dans le domaine public. Ces règles sont les suivantes :

  • Publication de données dans le domaine public

    • Les sociétés qui utilisent les données de comScore à des fins promotionnelles doivent avoir souscrit auxdites données auprès de comScore (« clients »), à moins que ces données aient déjà été placées dans le domaine public par une partie agréée. Dans ce contexte, le domaine public englobe les sites Web et les communiqués de presse de comScore, ainsi que d'autres communications publiques et/ou les articles publiés dans les médias. Les utilisateurs des données de comScore qui ne sont pas clients de comScore sont tenus de respecter les règles d'usage adéquates comme s'ils étaient eux-mêmeclients.
    • Les clients doivent demander l'accord de leurs contacts au service client, qui travailleront avec l'équipe marketing de comScore pour examiner la demande avant d'autoriser les clients à publier des données de comScore.
    • comScore se donne le droit de refuser aux clients la publication de données sur des entités spécifiques ou de catégories dont le contenu pourrait être discutable.
    • Si un client publie des données incorrectes et ne respecte pas la demande de comScore de corriger les données en temps opportun, comScore se réserve le droit de publier lui-même les données correctes dans le domaine public ou de fournir les données correctes aux parties qui en font la demande.
    • Les employés de comScore ne doivent pas être cités comme auteurs de commentaires promotionnels dans les communiqués de presse de clients. comScore doit préserver l'objectivité et l'indépendance de sa mesure, et ne doit pas donner l'impression de privilégier un client par rapport à un autre. Il peut exister des exceptions, où l'inclusion de tels éléments ne constitue pas une menace pour l'indépendance de comScore, par exemple, dans le cas d'associations industrielles telles que l'OPA, l'IAB ou la NAA, qui financent les recherches de comScore au bénéfice d'une industrie ou d'un secteur d'activité.
    • En ce qui concerne les données comScore Marketing Solutions, les règles complémentaires suivantes s'appliquent : l'utilisation de ces données doit être vérifiée et validée par l'équipe CMS compétente ; ces données doivent être attribuées clairement à l'équipe qui les a produites.

    Indications concernant le style et le formatage

    • Si un client fait référence à un rapport comScore standard particulier, personnalisé ou syndiqué, ce rapport doit être dûment mentionné par son nom exact.
    • La source relative au produit/service comScore, à la période et à la géographie doit être indiquée correctement (par exemple, Source : comScore MMX, octobre 2014, France). La référence appropriée aux indicateurs de reporting utilisés (par exemple, « visiteurs uniques ») doit également être citée.
    • Les données syndiquées de comScore doivent être décrites comme des mesures d’audience digitale ou un service de classement, et non un « sondage » ou une « étude ».
    • Les clients qui mentionnent un jeu de données comScore conjointement avec une autre source de données ou un jeu de données comScore différent (en mélangeant par exemple une catégorie standard et personnalisée) doivent clairement distinguer les différents jeux de données. Les données de comScore ne doivent en aucun cas être utilisées en comparaison directe avec une autre mesure d'audience ou une plate-forme d'analyse de trafic Web (web analytique).
    • Les clients qui souhaitent inclure une description de comScore dans des communiqués de presse y sont autorisés. Vous trouverez les informations les plus récentes sur la société comScore dans la section presse de notre site Web : www.comscore.com/companyinfo.
    • Le nom du groupe comScore et celui des entités fonctionnelles sont des marques commerciales dans divers pays, et doivent être orthographiés correctement. Cela s'applique à l'utilisation ou non de majuscules, même au début d'une phrase ou d'un paragraphe, et à l'utilisation du symbole « ® » pour les marques déposées de comScore (par exemple, « Media Metrix », « Digital Analytix », « MMX », « vCE », « UDM », « Unified Digital Measurement » et le logo « comScore »). Important : « Media Metrix® » ne doit être utilisé dans aucun contenu destiné au public européen ; « MMX® » doit être utilisé à la place. Par exemple :
      • comScore, Inc.
      • comScore Media Metrix® (comScore MMX® en Europe)
      • comScore Digital Analytix®
      • comScore Mobile Metrix
      • comScore AdEffx

    Indications concernant le reporting

    • Les descriptions exactes figurant dans les citations doivent concorder avec les propriétés utilisées dans les rapports syndiqués de comScore (par exemple, « Match.com » ou « Sites Match.com »), telles qu'elles apparaissent dans le rapport. Le client qui souhaite abréger le nom d'une entité pour des raisons de style marketing est autorisé à le faire dès lors que l'abréviation est accompagnée d'une note de bas de page mentionnant l'entité utilisée pour la demande.
    • Les rapports sur-mesure (syndiqués ou propriétaires) dont les données sont mentionnées doivent être indiqués comme tels dans des notes de bas de page. Exemple : *Recherche sur mesure effectuée pour (nom du client) par comScore (mois, année).
    • Les entités sur-mesure (désignées par un [E] dans les rapports syndiqués de comScore) sont des entités comportant une agrégation d'URL ou présentant une autre vision d'une propriété, tel que déterminé par le client. Il est recommandé d'inclure la source des URL relevant de cette agrégation le cas échéant.
    • Si un client ne souhaite pas inclure la source des URL constituant l'entité personnalisée citée, comScore se réserve le droit d'en communiquer la définition aux clients et aux médias qui en font la demande. La transparence des données est essentielle pour que l’information soit à la portée de tout public. En conséquence, les parties concernées doivent être en mesure de confirmer leur validité.
    • Les entités sur-mesure peuvent être définies par le client et ne répondent pas nécessairement aux mêmes normes de reporting que la vue Ranked Category ; elles peuvent uniquement être utilisées si elles représentent de réels domaines par opposition à un regroupement de propriétés. Si ce n’est pas le cas, les entités sur-mesure ne doivent pas être utilisées pour faire des comparaisons concurrentielles, sauf si approuvées par comScore qui confirmera que les deux entités sont comparables.
    • Si les clients de comScore Digital Analytix souhaitent utiliser leurs données d'analyse web, ils doivent inclure la source « Digital Analytix » et se référer aux indicateurs de reporting conformément à la nomenclature du produit. A savoir, les clients ne doivent pas se référer aux nombres de « visiteurs uniques » pour les données Digital Analytix, car comScore utilise le terme « navigateur unique » afin de le différencier du terme « visiteur unique », qui est couramment utilisé à des fins de mesure d'audience. Ces deux indicateurs étant mesurés et calculés différemment, il est important d'éviter de confondre ces termes.

    Indications concernant le classement

    • Les mentions de classement doivent se rapporter à un contexte précis, tel que la catégorie conforme à la vue Ranked Category de comScore. Si le client fait référence à une catégorie qui n'est pas définie par comScore, le classement doit être accompagné d'une note de bas de page indiquant que la catégorie est une catégorie définie par le client, et indiquer les entités incluses dans cette vue.
    • Tout document marketing ou promotionnel faisant état du classement d'un client doit non seulement indiquer qu'il s'agit d'un classement sur-mesure, mais ne pas être attribué directement à comScore. Il doit néanmoins signaler que ce classement interne a été effectué sur la base de données de comScore. (Exemple : « PQR est leader dans la catégorie XYZ* » ; note de bas de page : *Selon le classement sur-mesure de PQR établi à partir de données de comScore.)
    • Il est conseillé d’utiliser les données des entités de la vue Ranked Category de comScore pour effectuer les classements sur-mesure. Dans certains cas, les clients voudront produire des classements concurrentiels basés sur des définitions comparables, au niveau de la marque, du contenu ou du marché. De tels classements seraient approuvés dans le cas où comScore confirmeraient la comparabilité de ces entités et du contexte dans lequel elles sont utilisées.Le reporting UDM (Unified Digital Measurement) est la source publique officielle de données individuelles sur les sites et le classement dans les différentes catégories pour tous les marchés concernés.
    • Les classements ne doivent pas reposer sur des sous-ensembles UDM ou non-UDM d'une catégorie (par exemple, « UDM classe XYZ comme n° 1 dans la catégorie Sports » alors qu'il occupe la 5e place au classement général de cette catégorie).
    • Les clients peuvent mentionner publiquement leurs audiences multi-plateformes ainsi que leur classement syndiqué . Les données peuvent être communiquées au niveau global (agrégé) ou au niveau du canal (par exemple Population Digitale Totale ou PC, Mobile), avec la source appropriée du produit comScore applicable.

    Indications concernant les tendances

    • Des ajustements sont régulièrement apportés aux méthodologies de la mesure d'audience et peuvent avoir une incidence sur les tendances. La plupart des cas, leurs répercussions sont minimes ; dans d’autres, elles peuvent être plus importantes. Étant donné que comScore ne retraite pas les données précédemment publiées, toutes les données publiées à partir d'une période de reporting antérieure doivent être considérées comme des données d'archives.Les clients peuvent se référer à des tendances incluant un élément de changement inorganique ; cependant, ils doivent être prudents face à ce type de démarche lorsque l'impact est important. Si les médias ont des questions sur la validité des affirmations, comScore sera transparente sur les facteurs susceptibles d'être à l'origine d'une croissance ou d'une baisse inorganique.
    • Dans la mesure du possible, les clients doivent éviter de prétendre à une croissance inorganique (en référence à des taux de croissance ou à une évolution dans un classement) imputable principalement à l'adoption de la méthodologie UDM. Toutefois, dans certains cas, ils pourront seulement comparer les données UDM aux données non-UDM pour faire référence à des tendances positives. Cette pratique est autorisée dès lors que la mention de la tendance à la progression est accompagnée d'une note de bas de page indiquant ce qui suit : « [Entité] a adopté la méthodologie UDM de comScore en [date]. La tendance indiquée par ces données repose sur une comparaison de données UDM et non-UDM ou partiellement UDM ; la croissance inorganique ainsi révélée peut être imputable au changement de méthodologie. »
    • Les clients doivent être prudents lorsqu'ils présentent des tendances remontant à une période de bêta-test applicable, car les comparaisons peuvent ne pas être cohérentes sur le plan méthodologique. En conséquence, ces références doivent inclure la source indiquant les périodes référencées qui proviennent du reporting d'une période de bêta-test.